Les meilleures infos sur le sport au féminin

Ne manquez plus un seul article Femmedesport ! 💪Inscrivez-vous à notre Newsletter.

Rencontre avec Jade Grillet-Aubert

Présentez-vous en quelques mots. 

Jade Grillet-Aubert : Je suis Jade Grillet-Aubert, j’ai 24 ans. Je fais du ski cross en équipe de France. Je participe actuellement à ma troisième saison en ski cross.

 

C:\Users\Dandois Cassandra\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\Image d’iOS (1).jpg

Crédit : @dans_les_yeux_delsa

 

Comment est venue l’idée de commencer le ski professionnel ? A quel âge avez-vous commencé ? 

Jade Grillet-Aubert : Je suis née et j’ai vécu à la montagne. Mes parents m’ont mise sur des skis quand j’avais 1 an et 5 mois. J’ai été mise sur des skis dès que j’ai appris à marcher. Cela a été très naturel, dès le début. 

De plus, j’ai une famille très compétitrice et sportive. J’ai assisté à de nombreuses compétitions depuis mon plus jeune âge. Ensuite, j’ai gravi les échelons et fait la majorité de ma carrière en ski alpin. J’ai fait partie de l’équipe de France de ski alpin pendant 2 ans. Comme l’ambiance générale n’était pas au top, j’ai dû faire un choix. Soit j’arrêtais complètement, soit je changeais de sport. C’est comme ça que je suis passée au ski cross. Ce que j’ai directement adoré. Aujourd’hui, tout se passe bien. 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Jade Grillet-Aubert (@jade_grilletaubert)

 

Quel est votre palmarès ? 

Jade Grillet-Aubert : J’ai été trois fois sur le podium en coupe du monde. J’ai été sélectionnée pour les mondiaux l’année dernière et pour les Jeux olympiques cette année. Je n’ai pas eu de médailles aux JO mais je vais revenir plus forte dans quatre ans et j’espère ramener une médaille la prochaine fois. 

Je reste forcément déçue de ne pas être rentrée avec une médaille. Malgré ça, je ne suis pas mécontente de mes résultats le jour de la compétition. Il y avait plus fort que moi. C’était aussi une grosse dose d’émotions. 

 

Quel est votre meilleur souvenir sportif ? 

Jade Grillet-Aubert : Mon premier podium en coupe du monde en skicross, c’était fou. En plus, c’était ma meilleure performance. Mais cette victoire était tellement inattendue et surréaliste pour moi que je ne l’ai pas vécue comme j’aurais pu. Je suis restée assez stoïque et n’ai pas eu beaucoup de réactions face à ce moment. Donc je dirais mon titre de championne de France en Alpin quand j’étais jeune. Même si la compétition n’était pas la plus importante. La sensation de victoire et de récompense face au travail accompli est tellement grande que la joie était forte.  

 

Comment fonctionnent vos entraînements ? Sont-ils quotidiens ? 

Jade Grillet-Aubert : C’est un entraînement quasi-quotidien. Il change en fonction de la compétition. Les sportifs font des tournées où ils sont quasi tout le temps sur les skis en fonction de la compétition qu’ils vont réaliser. Le reste du temps est accordé aux jours de repos ainsi qu’aux jours destinés à la préparation physique.

 

“Je souhaite retourner aux Jeux olympiques dans quatre ans et revenir avec une médaille.”

 

Quels sont vos futurs objectifs et projets ? 

Jade Grillet-Aubert : Il y a encore deux coupes du monde pour terminer la saison. Actuellement, je suis numéro 5 du classement et je souhaite rester dans le top 5. Pour cela, je dois aller chercher des podiums aux prochaines coupes du monde.

L’année prochaine, je participe aux mondiaux avec un objectif de médailles pour les prochaines années. 

Je souhaite retourner aux Jeux olympiques dans quatre ans et revenir avec une médaille.

 

Y a-t-il des sacrifices à faire pour pratiquer ce sport ? Et pour aller jusqu’aux Jeux olympiques ?

Jade Grillet-Aubert : Il y a toujours des concessions à faire, mais ça en vaut la peine. Pour moi, c’est un boulot passion donc je ne vois pas forcément les efforts à réaliser. J’ai dû faire plus de sacrifices à cause du COVID. Il faut faire attention à ne pas attraper le virus pour éviter de voir une compétition être annulée. 

Par exemple, deux semaines avant les Jeux olympiques, j’ai dû vivre seule, sans voir ma famille ou mes amis. J’avais même peur d’aller faire mes courses par crainte d’attraper le virus. Ça a été très dur de s’empêcher de voir ses proches. 

Après, il y a les concessions classiques du sport de haut niveau. Il faut avoir une certaine hygiène de vie. Il faut faire beaucoup de sport, beaucoup d’entraînements. Ce n’est pas toujours facile. Même quand il n’y a pas vraiment de motivation. Cela en vaut vraiment la peine. En voyant les résultats, on se rend compte que les efforts ne sont pas énormes face à la joie que c’est d’être sur le podium en compétition.

N’importe qui ne peut pas être sélectionné pour les JO. Le travail fourni lors des coupes du monde est toujours dans l’optique d’être sélectionnée pour les JO par la suite. C’est dans la continuité.

Le nombre de sportifs n’est pas énorme. En coupe du monde, le nombre de sportives participantes est entre trente et quarante. Il y a souvent des blessées dans ce sport. En fin de saison, il y a donc beaucoup moins de participantes. 

Ce n’est pas un sport très connu et qui attire beaucoup de monde pour l’instant, mais c’est un sport grandissant.
En France, nous étions trois à participer à la coupe du Monde, mais mes deux coéquipières sont blessées. Je suis seule pour la fin de saison. J’ai hâte que mes copines reviennent. Mais ce qui est sûr c’est que la relève est tout de même assurée. Et que ce sport grandit petit à petit.

 

Selon vous, quelle est la place de la femme dans votre discipline ? Et dans le sport olympique en général ? 

Jade Grillat-Aubert : Cette question est assez dure. Je crois que les femmes se font une bonne place dans le milieu. L’avantage est que c’est un sport mixte. Les femmes et les hommes ont les mêmes courses et les mêmes parcours. Elles travaillent dans les mêmes conditions que les hommes. Selon moi, cela donne plus de valeurs à ce sport pour les femmes. Tout le monde est sur le même pied d’égalité même si les femmes sont moins nombreuses que les hommes. 

 

Que souhaitez-vous dire à toutes les jeunes femmes qui souhaitent se lancer dans le ski ? Ou dans un autre sport ? 

Jade Grillet-Aubert : Selon moi, personne ne devrait hésiter à se lancer. Tout le monde a le droit de participer, tout le monde a le droit de faire la même chose. Le but est de se faire plaisir et de s’éclater. Un podium chez les femmes est identique à un podium chez les hommes. Je pense que c’est grâce à toutes celles qui osent se lancer que tout ça va prendre de l’ampleur et de la valeur. C’est normal qu’il y ait de plus en plus de femmes dans le sport. 

 

Cela fait quelle sensation de se retrouver aux Jeux olympiques ?

Jade Grillet-Aubert : C’était dingue. Bien que je connaissais déjà le site en Chine. Cette compétition a eu une autre saveur. Je regarde vraiment ça avec des étoiles dans les yeux. Ce sont de grosses émotions. C’est un objectif de vie et de carrière. L’expérience de vie est juste incroyable. Surtout quand on se rend compte que nous avons les armes et les compétences pour y être. Cela en vaut clairement la peine. 

 

 

Nous avons aussi eu la chance de rencontrer d’autres personnalités impressionnantes comme Alexane Vidalie, Cécile L’Hommelet ou encore Maé-Bérénice Méité. 🌟

Inscrivez-vous à notre Newsletter 👋

Soyez la première au courant des meilleures infos sur le sport au féminin ✨💪🏻

Newsletter bimensuelle Femmedesport. Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Soyez la première au courant des meilleures infos sur le sport féminin !

🏋🏼‍♀️

🏋🏼‍♀️

Inscrivez-vous à notre newsletter ! 🏋🏼‍♀️