Les meilleures infos sur le sport au féminin

Ne manquez plus un seul article ! ✨💪 Inscrivez-vous à notre Newsletter bimensuelle.

Alexia Bailly, rencontre avec une championne de triathlon

Alexia Bailly, championne de triathlon, discipline qui consiste à enchaîner 1500 mètres de natation, 40 kilomètres de vélo et 10 kilomètres de course à pied (pour les distances olympiques classiques). Alexia Bailly fait plus puisqu’elle enchaîne 1,9 kilomètres de natation, 90 kilomètres de vélo et 21 kilomètres de course à pied ! Elle nous raconte son parcours et la vie d’une sportive haut-niveau au quotidien. 

 

FDS : Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes? 

Alexia Bailly: Bonjour ! J’ai 27 ans, je vis à Montpellier et je fais du triathlon depuis toute petite. J’ai suivi un master en management à Montpellier Business School et j’ai travaillé quelques années dans l’évènementiel sportif. Depuis 2 ans, je cours en tant que professionnelle sur les triathlons longue distance. J’adore être dehors toute la journée et chercher à m’améliorer sans cesse.

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

Une publication partagée par Alexia Bailly (@alexia__bailly)

 

FDS : Vous êtes une championne de triathlon, préférez-vous la natation, le cyclisme ou la course à pied? 

Alexia Bailly: Cela dépend des jours…  J’aime les trois disciplines, leur diversité et leur complémentarité. Ce serait difficile pour moi d’en choisir une seule.

 

“J’ai commencé le triathlon très jeune” 

 

FDS : Comment avez-vous commencé le triathlon? 

Alexia Bailly: J’ai commencé le triathlon très jeune, vers 7-8 ans, au sein du club de l’ECAC Chaumont Triathlon. Ma sœur et mon père en faisaient déjà et naturellement, j’ai voulu faire pareil. Il y avait une super ambiance à « l’école de triathlon », pour les jeunes l’entraînement est très ludique, et les distances sont très courtes en compétition. Ça m’a plu !

 

FDS : Quel est votre palmarès? 

Alexia Bailly: Dans les catégories jeunes j’ai décroché plusieurs podiums nationaux, dont le titre de Championne de France Junior en 2011. J’ai fait une pause de 2015 à 2018.

Depuis que j’ai repris la compétition sur la longue distance en 2019 :

  • Vice-championne du monde amateur 25-29 ans sur IRONMAN 70.3 (Nice 2019)
  • Championne de France par équipe longue distance – 4ème en Individuel (Cagnes 2020)
  • 4ème PRO de l’IRONMAN 70.3 des Sables d’Olonne 2021

 

“J’ai vécu un moment un peu fou sur l’IRONMAN 70.3 des Sables d’Olonne”

 

FDS : Quel est votre meilleur souvenir sportif?

Alexia Bailly: Cela reste mon tout premier podium national chez les jeunes, à domicile (Chaumont 2008) sur les Frances de Duathlon. Je ne m’y attendais vraiment pas et j’ai pu partager ça avec ma famille et mes amis. 

Cette année, j’ai aussi vécu un moment un peu fou sur l’IRONMAN 70.3 des Sables d’Olonne. Comme je suis licenciée au club local, (Les Sables Vendée Tri), le public m’a véritablement porté pendant les 21km à pied, c’était fort !  

 

“Les journées ne sont pas toutes les mêmes” 

 

FDS : En quoi consiste votre entraînement quotidien? 

Alexia Bailly: Les journées ne sont pas toutes les mêmes, mais de manière générale elles sont bien remplies ! Réveil 6h15 pour un premier entrainement natation (5km) à 7h, puis une sortie vélo entre 2 et 4h, et en fin d’après-midi on termine par la course à pied, ça va du simple footing de 45 minutes à la séance longue de 2h. On fait aussi du renforcement musculaire en hiver.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Alexia Bailly (@alexia__bailly)

 

FDS : L’IRONMAN paraît inhumain pour beaucoup de gens, comment avez-vous commencé? 

Alexia Bailly: Pour l’instant je ne fais « que » du demi-ironman (la distance 70.3 : 1,9 kilomètres de natation, 90 kilomètres de vélo, 21 kilomètres à pied), alors je ne voudrais pas parler à la place de ceux qui font le double de ma distance… Effectivement ça peut paraître un peu fou, mais quand on est bien préparé et bien entraîné ça n’est pas si inhumain 😉

Après avoir mis le triathlon (courte distance) entre parenthèses pendant 3 ans lorsque j’ai terminé mes études et commencé à travailler, j’ai eu envie de m’y remettre mais sur quelque chose de différent. Je me suis lancée sur un IRONMAN 70.3 pour mon retour à la compétition et ça m’a plutôt bien réussi !

 

“Je m’entraîne entre 20 et 30 heures par semaine” 

 

FDS : Comment vous préparez-vous pour un IRONMAN ? 

Alexia Bailly: Tout dépend de son objectif ! Si le but est de le terminer et de s’amuser, on peut s’entrainer 8-10h par semaine. L’important c’est la régularité. Pour ma part, je m’entraîne entre 20 et 30h par semaine, avec une dominante sur le vélo car c’est souvent le plus important sur les IRONMAN (c’est la discipline où l’on passe le + de temps). 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Alexia Bailly (@alexia__bailly)

 

FDS : Arrivez-vous à vivre de votre sport? 

Alexia Bailly: C’est compliqué. Pour l’instant non, je ne vis pas du Triathlon, même si je peux compter sur l’aide de mon club (le LSVT) et de mon partenaire équipementier ZeroD. Je n’ai pas de revenus fixes, et les primes de courses ne sont pas toujours significatives. D’autant plus qu’on ne peut pas enchaîner des compétitions tous les weekends. Il faudrait que je développe mes partenaires privés / sponsors pour pouvoir me professionnaliser encore plus. En attendant, je travaille partiellement à côté de l’entraînement, suivant les périodes.  

 

FDS : Avez-vous d’autres passions? 

Alexia Bailly: Oui, j’adore cuisiner (et manger) toutes sortes de cuisines ! J’adore aussi voyager et découvrir de nouveaux pays. Après, au quotidien, je n’ai pas trop le temps de faire autre chose… j’ai déjà 3 sports en 1 😉

 

“Mon objectif est de me qualifier aux plus grosses courses internationales” 

 

FDS : Avez-vous des objectifs/rêves dans les années à venir?

Alexia Bailly: J’aimerais continuer à progresser, grimper dans la hiérarchie mondiale. Mon objectif est de me qualifier aux plus grosses courses internationales comme les Championnats du Monde de 70.3 ou la Collins Cup, et d’y figurer le mieux possible ! J’aimerai aussi un jour gagner de belles courses en France et pouvoir vivre de ce métier !

 

FDS : Vous faites partie du collectif des sportives, qu’est ce que cela représente pour vous?

Alexia Bailly: Le Collectif des Sportives c’est un super projet, avec des valeurs qui me parlent. J’ai de la chance, le triathlon est un sport mixte et plutôt égalitaire, mais ce n’est pas le cas dans tous les sports. Je trouve important de parler plus du sport féminin, et d’accompagner les sportives de haut-niveau dans leur carrière, car il y a un million de choses à gérer et parfois peu de ressources…

Merci beaucoup Alexia pour ce bel entretien et bonne chance pour la suite ! 

Tu veux lire d’autres interviews de championne ? Retrouves les interviews de la sabreuse Sara Balzer, de l’athlète Angélina Lanza et de la snowboardeuse Chloé Trespeuch

 

Inscrivez-vous à notre Newsletter 👋

Soyez la première au courant des meilleures infos sur le sport au féminin ✨💪🏻

Newsletter bimensuelle. Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Soyez la première au courant des meilleures infos sur le sport féminin !

🏋🏼‍♀️

🏋🏼‍♀️

Inscrivez-vous à notre newsletter ! 🏋🏼‍♀️