Les meilleures infos sur le sport au féminin

Ne manquez plus un seul article ! ✨💪 Inscrivez-vous à notre Newsletter bimensuelle.

Tifany Huot-Marchand championne de patinage short-track

Tifany Huot-Marchand, membre de l’équipe de France de patinage short-track, avec qui elle avait participé aux Jeux Olympiques de Pyeongchang en 2018, a répondu à nos questions. En 2021, elle a remporté, avec ses coéquipières, le titre de championne d’Europe en relais. Tifany est aussi vice championne d’Europe 2019 sur 1000 mètres. Elle nous raconte son parcours et ses envies pour le futur. 

 

FDS : Pourriez-vous vous présenter en quelques lignes?

Tifany Huot-Marchand: Tifany, 27 ans, sportive de haut niveau dans une discipline incroyable, le patinage short-track, terriblement passionnée et déterminée à décrocher une médaille olympique. Ah oui, et j’adore les tartes au citron et le tiramisu.

 

 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Une publication partagée par Tifany Huot-Marchand 🇫🇷 (@tifanyhm)

 

“J’ai débuté le short-track à l’âge de 9 ans” 

 

Tifany Huot-Marchand: J’ai débuté le patinage short-track à l’âge de 9 ans, par pur hasard. Ou plutôt, nous avons découvert le short-track. J’ai commencé avec ma sœur jumelle ! Et je le précise jamais mais j’ai deux frères, rien à voir avec l’histoire de mes débuts mais voilà.
Nous venons d’un tout petit village dans le Doubs, Nans. Nous sommes moins de 100 habitants, notre voisine qui venait de Chamonix à découvert qu’il y avait un club de short-track à Belfort. Elle y a donc emmené ses enfants pour qu’ils essaient et elle nous a proposé de les accompagner. Nous n’étions jamais rentrées dans une patinoire, nous n’avions jamais mis les pieds sur la glace et nous n’avions jamais fait de sport en club. Une première. On a adoré!
Après, il faut savoir que Belfort se situe à une heure de route de chez mes parents, donc ils faisaient le trajet deux à trois fois par semaine pour nous emmener à la patinoire. On avait de la chance. 

 

FDS : Quel est votre meilleur souvenir sportif? 

 

Tifany Huot-Marchand: J’en ai pleins, pleins, pleins. Avec et sans médaille. Souvent, je parle de ma première médaille individuelle aux Championnats d’Europe. Aujourd’hui, je pourrais parler de cette saison complètement folle qu’on vient de réaliser avec l’équipe de relais. C’est de très bons souvenirs. Merveilleux même. 

Mais je préfère vous raconter une autre histoire. Il y a quelques années, on jouait beaucoup à Mario Kart, et avant un entraînement nous avions passé pas mal de temps à jouer. Puis l’heure est venue de retourner à la patinoire. Nous avions tellement joué qu’avec l’un de mes coéquipiers nous sommes restés dans l’esprit du jeu. Nous avions tous les deux de vieilles voitures, alors en allant à l’entraînement, nous avons fait la course. Vraiment. Dans le centre ville de Font Romeu, il est rentré dans ma voiture. J’ai entamé une marche arrière et je lui ai reculé dessus, les gens nous ont pris pour des fous. C’était un spectacle splendide. Nous avons fait la course jusqu’à la patinoire, et franchement je ne me souviens pas très bien mais il me semble que j’ai gagné. Régalade.

Bon, depuis il a changé de voiture, c’est pénible. 

 

“On s’entraîne plusieurs fois par jour”

 

FDS : En quoi consiste votre entraînement au quotidien? 

 

Tifany Huot-Marchand: On s’entraîne plusieurs fois par jour. Souvent deux fois par jour sur la glace. 

A cela, on ajoute les sorties aérobie (roller, vélo de route, VTT, course à pied), la musculation et les exercices spécifiques hors glace. 

 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Une publication partagée par Tifany Huot-Marchand 🇫🇷 (@tifanyhm)

 

“Je veux retourner aux Jeux Olympiques et décrocher une médaille”

 

FDS : En 2018, vous avez participé aux Jeux Olympiques, comment avez-vous vécu cette expérience?

Tifany Huot-Marchand: Lorsqu’on me pose cette question, j’ai toujours la même réponse : c’était incroyable. C’est ça, incroyable. Les JO, c’est dingue. Mais à la fin de mes premiers Jeux Olympiques en 2018, je me suis dit une chose : Ok, c’était vraiment une expérience complètement folle, mais je veux y retourner dans 4 ans et y décrocher une médaille!

 

“C’est très important d’avoir un double projet et de préparer l’avenir” 

 

Tifany Huot-Marchand: Le patinage short-track en France n’est pas médiatisé, pas connu, nous savons très bien que nous serons jamais professionnels. Même si on s’entraîne à temps plein, des semaines entières, toute l’année. On le sait. Donc, c’est très important d’avoir un double projet et de préparer l’avenir. Et puis, je veux rester dans le domaine du sport mais j’ai vraiment envie de faire quelque chose d’autre et j’adore les enfants donc si je peux devenir professeure des écoles après ma carrière sportive ou en même temps, ça serait top. 

 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Une publication partagée par Tifany Huot-Marchand 🇫🇷 (@tifanyhm)

 

FDS : Avez-vous d’autres passions?

Tifany Huot-Marchand: J’adore cuisiner, surtout pour le goûter. Et j’adore goûter. Sinon, j’aime le sport en général. J’aime aussi écrire et lire.

 

FDS : Avez-vous des objectifs/rêves dans les années à venir?

Tifany Huot-Marchand: Être heureuse, faire des goûters tous les jours et décrocher une médaille olympique. 

 

FDS : Vous faites partie du Collectif des Sportives, qu’est ce que cela représente pour vous?  

Tifany Huot-Marchand: Le Collectif des Sportives, c’est tellement pour moi. 

Je me sens investie et cela va dans les deux sens. On se sent soutenue et c’est rare mais là, tout ce qui se passe avec le collectif c’est du concret. De l’écoute, de l’aide, des rencontres, une seule équipe. 

Et ça va être un peu nian nian de dire ça, mais ce n’est pas grave, j’assume : c’est une sorte de grande famille. 

J’ai participé à la première édition de l’Académie des sportives à Font-Romeu et j’ai rencontré des personnes magiques. Et sincèrement, c’était de la folie.

 

“Il faut croire en soi”

 

FDS : Avez-vous un conseil pour une sportive qui souhaiterait se lancer dans la compétition à haut niveau?

Tifany Huot-Marchand: La compétition de haut niveau, ça reste un jeu. Faut se lancer, se faire plaisir et puis croire en soi. 

 

FDS : Un mot pour la fin?

Tifany Huot-Marchand: Ne perdez jamais votre âme d’enfant, c’est ce qu’on a de plus précieux. 

Merci beaucoup Tifany pour ce bel entretien et bonne chance pour la suite ! 

Intéressée par nos interviews de championne? Retrouves les interviews de la sabreuse Sara Balzer, de la triathlète Alexia Bailly et de la snowboardeuse Chloé Trespeuch

 

Inscrivez-vous à notre Newsletter 👋

Soyez la première au courant des meilleures infos sur le sport au féminin ✨💪🏻

Newsletter bimensuelle. Nous n’envoyons pas de messages indésirables !

Soyez la première au courant des meilleures infos sur le sport féminin !

🏋🏼‍♀️

🏋🏼‍♀️

Inscrivez-vous à notre newsletter ! 🏋🏼‍♀️