Retrouvez nous aussi sur TikTok ! 🏆

La parité dans les sports extrêmes : le changement est en route

C’est sans doute le sujet le plus abordé dans toutes les compétitions. Malgré les obstacles qui subsistent, la route vers la parité est sur la bonne voie dans les sports extrêmes.

 

La parité dans le surf 

Les sportives de l’extrême telles que Kennelly et Skarrat étaient plus rémunérées par leurs participations dans les films que pour leurs performances en gagnant des évènements.
Le combat des sportives est long pour l’obtention de la parité des salaires, des parrainages et des  prize money  en compétition. 

En 1998, une surfeuse féminine pouvait gagner 30 000$ sur une année? C’est-à-dire, la moitié du gain de son homologue masculin. La rémunération des athlètes des deux sexes a progressivement augmenté. Entre 2001 et 2010, il y a une augmentation de 66% du portefeuille attribué aux femmes mais également une augmentation de 60% pour les hommes. L’inégalité règne encore.

La World Surf League (WSL) a voulu développer les bourses attribuées en compétitions et offrir des retraites aux athlètes.  
De plus, elle a fait la promesse de diminuer considérablement l’écart de rémunération entre les surfeurs hommes et femmes. C’est la première ligue professionnelle établie aux États-Unis qui met en avant la parité des salaires entre sportifs et sportives.
Malheureusement, les femmes ont obtenu une réduction des écarts des prize money parce qu’elles constituaient un potentiel commercial intéressant et non pas pour leurs prouesses. 
C’est en 2014 que WSL commence doucement à offrir des bourses proportionnelles.
En 2019, les surfeuses gagneront les mêmes primes de résultats. Aujourd’hui, il est possible de vivre en tant que femme surfeuse en WSL.

 

La parité dans le VTT 

La plupart des pro féminines VTT ne savent même pas payer leur loyer.
Pendant les premières courses dans les années 80, les prize money sont loin d’être égales. Les rideuses se sont alors révoltées en exigeant la parité. 

En 1993, la pionnière Jacquie Phelan profite d’une erreur de dotation pour sa sixième place. Elle reçoit 400$ au lieu de 37$. Elle devient alors une sorte d’avocate de la parité. 
Le circuit national a fini par offrir des primes égales aux trois meilleurs hommes et trois meilleures femmes finishers. L’Union cycliste internationale (UCI) a demandé depuis 2012 cette parité. Il a fallu attendre 2015 pour l’extension de cette demande aux catégories de courses de VTT grâce à Georgia Gould, quadruple championne nationale et médaille de bronze olympique en cross-country. 

En général, les primes ne suffisent pas à vivre de sa discipline aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

 

La parité dans le skateboard

En 2009, les organisateurs des X-Games ont misé leur argent pour assurer des  prize money identiques dans le skateboard, snowboard, surf et ski.
En dehors des X-Games, la parité est encore rare dans le skateboard. 
Le Comité International Olympique (CIO) a annoncé que le skateboard sera une discipline olympique pendant les J.O. 2024, à Paris. Il sera également au programme des Jeux de Tokyo. Rendre olympique un sport pourrait encourager la participation féminine comme avec le snowboard.

 

La parité dans le snowboard

La plupart des sportives pensent qu’en 2000, l’équité salariale avait été réglée. En réalité, l’USSA (United States Ski and Snowboard Association) offre des bourses égales depuis sa création en 1996.
L’intégration du snow aux J.O. a permis que l’USSA fournisse un appui pour les formations et la physiothérapie par exemple. 

 

La parité dans le windsurf

Le PWA World Tour annonce, en 2021, la parité hommes-femmes dans ses compétitions. 
Les disciplines des vagues, du slalom et du freestyle offriront les mêmes récompenses. 
En effet, le circuit international de windsurf a décidé de réduire les primes attribuées aux hommes pour augmenter celles donner aux femmes. Les prize money seront désormais égalitaires. Delphine Cousin-Questel, championne de slalom 2019, est ravie d’apprendre la nouvelle et encourage la collaboration avec les sponsors pour arriver à une égalité totale. 
La continuité de ces efforts permettra d’attirer plus de femmes dans la compétition et les aidera à devenir professionnelles.

 

 

Pour la première fois, les Jeux Olympiques de 2024 compteront autant d’hommes que de femmes athlètes. L’objectif du CIO et COJO est atteint ! 
Pour les Jeux de Tokyo, le ratio est de 51,2-48,8% en faveur des sportifs ce qui est déjà une belle évolution.

Nous sommes sur Facebook

La vidéo du moment

Liens utiles

Soyez la première au courant des meilleures infos sur le sport féminin !

🏋🏼‍♀️

🏋🏼‍♀️

Inscrivez-vous à notre newsletter ! 🏋🏼‍♀️